L'asexualité refoulée : 1 % de la population concernée

Pour un homme sur cent, les relations amoureuses n'ont aucune valeur. C'est moins qu'une question curieuse.

On parle de Bob l'éponge asexué ! S'il a été condamné par les chrétiens américains, son auteur, le scientifique Stephen Hillenburg, a nommé "Assexuel" le petit garçon qui vivait au fond de la mer. Outre les taquineries, l'asexualité, l'absence d'intérêt pour le sexe est un fait et, selon les différentes recherches menées sur le sujet, le nombre de participants à une centaine de rencontres n'est pas inférieur à un.

Pas moins de 86% des asexués ont moins de 30 ans, selon l'AVA. D'une part, la proportion de femmes est légèrement supérieure à celle des hommes, 57 % étant des femmes, 12 % des hommes, et l'autre 31 % étant à la fois des femmes et des hommes.

Bien que cela soit contesté par certains experts, l'asexualité est généralement acceptée comme étant l'une des nombreuses orientations sexuelles. Oui, l'orientation sexuelle simultanée n'est pas toujours hétérosexuelle ! Une autre peut être qualifiée de sexualité gay - qui est soit hétérosexuelle, soit de préférence gay - des hommes d'une autre race. Pourtant, à n'importe quel moment de votre vie, vous pourrez toujours faire des choix et être attiré par des hommes et des femmes.

C'est ce qu'on appelle la "sélection fluide". Vous pouvez aussi être attiré par les deux sexes, la "bisexualité". Être attiré par quelqu'un sans distinction de sexe ; c'est ce qu'on appelle la "pansexualité". Et, qu'elles se réfèrent au sexe et à la sexualité, elles s'opposent à la fois aux définitions et aux classifications ; celle-ci est qualifiée de "queer". Enfin, le moindre désir physique ne peut être ressenti : c'est ce qu'on appelle "asexualité".

 

Un choix sexuel, en particulier

Cette dernière préférence sexuelle a été soulignée à la fin des années 70. En 1977, l'un des premiers articles scientifiques sur le sujet a été publié par Myra Johnson, une soignante de l'hôpital de Houston, au Texas : « Femmes asexuées et autoérotiques : deux groupes invisibles ». Elle s'est exprimée au nom des femmes qui refusent d'avoir des relations sexuelles mais se masturbent. L'auteur s'est principalement concentrée sur le point de vue de la culture occidentale et la répression tacite de ces personnes asexuées.

Les attitudes ont changé au cours de ces dernières décennies. Il ne s'agit plus d'injustice, voire de mauvaise gestion. Dans une culture qui considère l'intimité comme "le fondement du couple", le sociologue Georges Eid estime que la sexualité est un sujet de réflexion important. Néanmoins, l'asexualité, sans aucun doute motivée par le plaidoyer des organisations et des organismes qui luttent contre la violation des identités sexuelles, est maintenant reconnue.

 

Sont-elles issues de la génétique ?

 Il est possible de mentionner uniquement "The Official Asexual Society" fondée en 2000 par les Pays-Bas Geraldin Levi Joosten-van Vilsteren, et le réseau AVEN "le réseau de visibilité et d'éducation des asexués". Après les années 2000, les asexués ont eu leurs propres groupes, blogs et acronymes : un anneau noir sur l'œil central droit ... Ils ont le slogan "Asexualité : pas seulement amibe" figurant sur les T-shirts. Des séries télévisées, des héros de romans, de spectacles et de comédies les intègrent.

Mais comment appréhender l'orientation sexuelle ? Quelle en est son origine ? Différentes études démontrent que l'asexualité en touche plusieurs, qu'elle varie d'un individu à l'autre, allant de l'absence affective de l'enfance à une scolarité très stricte ou d'émotions douloureuses, comme une perte de croissance génitale, à une convergence et une vision romantique de l'amour.

D'autres militants encore suggèrent une base héréditaire et soutiennent que cette asexualité n'est pas un choix, un échec ou une cause de souffrance. L'asexualité ne devrait pas être associée à l'abstinence. Elle est réelle.

L'absence de désir de relations sexuelles avec les autres est une assexualité, mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas tomber amoureux ou être attiré par les autres. Elle peut être sensuelle, analytique, physique, esthétique... On précise clairement qu'on peut aimer et désirer un autre humain, mais qu'on n'a pas envie de sexe. Comme rien n'est facile, cependant, il est également possible de rendre le plaisir érotique et l'asexualité est la perte de l'attraction sexuelle pour les autres, mais pas la sexualité, et en particulier en matière de masturbation ....

Quelle est la différence entre asexué et asexuel ?

S'ils parfois employés indifféremment pour désigner une absence de désir sexuel, les termes "asexué" et "asexuel" n'ont en réalité pas du tout la même signification .

Le terme "asexué" désigne avant tout une réalité biologique. On qualifie d'asexué un organisme qui se reproduit sans l'intervention d'organes sexuels, c'est à dire sans la fusion de deux gamètes de sexe différent (ni ovule, ni spermatozoïde). L'être "asexué" n'a donc pas besoin d'un individu du sexe opposé pour se reproduire. C'est notamment le cas de certaines requins et de certaines abeilles, mais absolument pas des hommes ! Il s'agit donc ici d'un abus de langage et d'une erreur fréquemment commise. Le terme asexué est employé à tort pour définir une personne asexuelle, ce qui n'est évidemment pas du tout la même chose.

Asexuel, qu'est-ce que c'est ?

L'asexualité, au même titre que l'hétérosexualité ou l'homosexualité, est une orientation sexuelle. Elle désigne une personne qui n'est pas attirée par les rapports physiques. Le sexe ne l'intéresse pas, ou très peu. Si elle peut bien évidemment avoir des relations amoureuses, il s'agit généralement d'amour platonique. Selon l'association pour la visibilité asexuelle (AVA), l'asexualité concernerait environ 1% de la population mondiale.

Il existe peu de faits scientifiques sur le sujet mais selon une étude américaine datant de 2004 (Bogaert, J Sex Res, 2004), l'asexualité pourrait avoir une explication biologique liée à l'exposition aux androgènes pendant la période prénatale. Une explication que rejettent beaucoup d'asexuels ! Ces derniers précisent que l'axesualité n'est ni un trouble psychique, ni une maladie. Il est également important de ne pas la confondre avec l'abstinence qui est une absence de sexualité choisie. Les asexuels ont quant à une vie épanouie sans sexualité, tout simplement car ils n'en éprouvent ni le besoin, ni le désir. Certains asexuels vont en revanche éprouver du plaisir grâce à la masturbation, qui est une pratique solitaire.

EN DIRECT. Macron annonce de très fortes restrictions de déplacements pour 15 jours

Emmanuel Macron a annoncé également le report du second tour des élections municipales, prévu dimanche prochain. 

 

  • Emmanuel Macron s'est exprimé depuis l'Élysée, pour la seconde fois depuis jeudi. Le chef de l'État a annoncé des "déplacements fortement réduits pour 15 jours au moins" pour "limiter au maximum les contacts" et lutter contre l'expansion du coronavirus en France. 

 

  • Le président de la République a aussi annoncé le report du second tour des élections municipales, prévu dimanche prochain, après avoir consulté les présidents des deux assemblées et ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Les frontières à l'entrée de l'UE et de Schengen seront fermées dès mardi midi, a aussi déclaré Emmanuel Macron. 

 

  • Selon un décompte publié lundi soir par Santé Publique France, les contaminations au coronavirus ont marqué une nouvelle progression de 1210 cas et 21 décès en 24 heures, portant le total respectivement à 148 décès et 6633 cas depuis le début de l'épidémie en France. Lire la suite

L’asexualité, une orientation sexuelle souvent prise à tort pour une maladie

À ne pas confondre avec l’abstinence, l’asexualité est le fait de ne pas ressentir le besoin d’avoir des relations sexuelles.

 

Tout le monde ne court pas après une sexualité épanouie. Certaines personnes vont même jusqu’à refuser tout rapport. Parmi elles figurent les abstinents volontaires, pour des raisons personnelles, par choix. C’est le cas des prêtres. Pour ne pas faillir à leur vœu de chasteté, ils élaborent des stratégies et un mode de vie pour ne pas céder à la tentation, intellectuellement et pratiquement.

Le choix de ne pas passer à l’acte

Pour d’autres, ce n’est pas un choix, mais une tendance inscrite dans la personnalité. Certains hommes et femmes n’ont, pour ainsi dire, aucun désir, aucune envie de relations sexuelles ni de masturbation. On les appelle des asexuels: une orientation claire, le plus souvent revendiquée.

«On ne choisit pas son asexualité, pas plus qu’on ne choisit son homosexualité. Il y a probablement des signaux d’ordre hormonaux qui agissent, et peut-être des événements pendant la vie embryonnaire, ou pendant les premières années de vie. Personne n’a de réponse. En attendant, pour faire accepter leur différence face à l’incompréhension du plus grand nombre, les personnes asexuelles se déclarent comme telles, s’organisent en associations, militent pour leur cause», explique le Dr Pierre Desvaux, président du Syndicat national des médecins sexologues.

L’asexualité est presque une revendication identitaire, à l’image de la mouvance LGBT, sans que cela pose problème à la société. «Car l’asexualité ne dérange pas, contrairement à d’autres orientations sexuelles qui interpellent», poursuit le médecin.

 L’asexualité n’est pas pathologique

«Les asexuels disent que le sexe ne les intéresse pas, qu’ils n’ont pas d’élan, pas d’intérêt pour cela. Ces personnes ne renoncent donc à rien, contrairement aux abstinents qui se privent de quelque chose et qui peuvent éprouver du désir. Ce n’est pas non plus une absence de désir temporaire, c’est un état durable», explique Joëlle Mignot, directrice du Pôle santé sexuelle, sexologie et droits humains à l’université Paris-Diderot.

Ils ne désirent personne : que savons-nous des asexuels ?

Vie de couple

 INVISIBLES - L'asexualité se caractérise par une absence totale d'attirance sexuelle pour quiconque. Des femmes et des hommes rétifs au désir qui demeurent victimes de bien des préjugés. Deux sexologues nous éclairent.

 Une personne asexuelle ne ressent pas d’attirance sexuelle, c’est son orientation sexuelle. Une pratique méconnue, hâtivement assimilée de l'extérieur à un "choix de vie comme l’abstinence", à un "trouble de la sexualité comme l'anorgasmie" ou encore à une "pathologie". Rien à voir, pourtant... Premier grand préjugé : cet amalgame redoutable voulant que "asexuel" rime avec "asexué". Une confusion que déplore le sexologue Patrick Papazian, sollicité par LCI : "Un être asexué n’a pas d’organes génitaux. Un asexuel, lui, a les organes génitaux et peut parfaitement avoir des rapports sexuels, il peut être homo, hétéro, bisexuel ou peu importe... il peut éprouver des sentiments amoureux mais ne veut tout simplement pas de sexualité génitale".