Comment vivre l'asexualité

Les asexuels, sont des gens qui ne ressentent aucune attirance sexuelle envers aucune personne d’aucun genre (bien que le concept soit très large et parfois assez flou). Si vous vous êtes découvert asexuel et que vous avez besoin de conseils ou que vous êtes aimé(e) d’un asexuel, lisez l’article suivant.

 

1

Soyez vous-même. Si vous n’êtes pas naturellement asexuel, vous ne pouvez pas le devenir. Si vous êtes naturellement asexuel, vous ne pouvez pas changer ça non plus. Vous ne devriez pas, peu importe les pressions autour de vous, tenter d’être autre chose que ce que vous êtes réellement. Vous pouvez faire semblant d’être différent pendant un temps, mais au final votre identité vous rattrapera. Rien dans votre sexualité n’est mal et ce peu importe vos préférences. Soyez vous-même, vous êtes très bien comme ça.

Lire la suite 

 

Article paru sur wikihow

"Jamais envie de faire l'amour"

Témoignage: 

"Les personnes asexuelles ne se sentent pas sexuellement attirées par autrui. Elles peuvent être excitées, mais elles n'ont pas envie de faire l'amour. Il existe différents types d'asexualités: certaines personnes asexuelles ont même une forte libido. Bien sûr, elles peuvent aussi tout à fait faire l'amour et se masturber. Mais ce n'est pas pour le plaisir sexuel en lui-même, c'est uniquement dans le but de se détendre et se déstresser. Certaines personnes asexuelles ne ressentent pas non plus de sentiments amoureux, mais ce n'est pas mon cas! Cela veut dire que je peux être amoureuse, que j'aime bien le romantisme, les câlins et les baisers. Il n'y a que le sexe qui ne me fait ni chaud ni froid.

Les garçons? Pas intéressée!

Pendant mon adolescence, je m'étais déjà rendu compte que je n'étais pas comme les autres filles de mon âge. Les garçons ne m'intéressaient pas du tout. Ça ne me disait rien de parler avec eux ou de traîner à leurs côtés. Je disais tout le temps que je n'avais pas le temps pour ça. J'avais assez d'autres occupations. Quelque part, je me sentais bizarre, mais je me disais que j'étais juste une retardataire et que les sentiments pour les garçons viendraient avec le temps. À 18 ans, j'ai rencontré un garçon au cours de badminton. C'était un chouette mec, et j'ai fini par tomber amoureuse de lui. Tout se passait très bien, mais on ne faisait que s'embrasser. Je n'avais jamais envie de lui. Après six mois, on a fait l'amour pour la première fois. C'était effrayant. Je voulais que ça se termine vite et j'ai même eu une crise de panique. 

Lire la suite

Article: Barbara Wesoly - flair.be

 

Une vie sans sexe

Asexualité:

Depuis toute petite, Kiana s’est toujours sentie un peu différente. À 11 ans, lorsque la plupart des petites filles rêvaient de jouer à la maman et de rencontrer le prince charmant, Kiana savait déjà que ce n’était pas pour elle.

Kiana a grandi en essayant d’éviter de penser à son manque d’attirance sexuelle envers les autres. Au secondaire, elle s’est mise en couple avec un garçon homosexuel, puis elle a eu deux autres relations de couple avec des hommes. Mais sans attirance sexuelle pour eux, c’était un peu compliqué.

« Je ne voulais jamais avoir de sexe, et quand j’en avais, je sentais que c’était mécanique et je n’avais pas envie de le faire, mais je me disais : “Tu devrais avoir envie! C’est ton partenaire!” » - Kiana Jaymes

Comme de nombreuses personnes au Canada, Kiana est asexuelle. Cela veut dire qu’elle n’éprouve pas de désir sexuel pour quiconque.

Lire la suite

Publication: 

ASEXUALITÉ, C’EST QUOI ?

Définition & Explication:

 Définition stricte:

une personne asexuelle est quelqu’un qui n’a pas d’attirance sexuelle, “a” étant un préfixe privatif. C’est une forme de sexualité à part entière et elle existe. On abrège souvent en « Ace ».

L’asexualité est aussi un spectre regroupant les différentes orientations sexuelles qui ne sont pas allosexuelles ; l’allosexualité étant la capacité à ressentir toutes les formes d’attractions sexuelles et de désirs sexuels.

En effet, il y a par exemple, les hétéro-sexuel·le·s, les homo-sexuel·le·s, les bi-sexuel·le·s, les pan-sexuel·le·s et aussi les a-sexuel·le·s. L’asexualité est pleine de nuances.

Parmi les asexuel·les, il y a différentes variations, différentes façons de vivre son asexualité. C’est ce que l’on appelle le spectre de l’asexualité.

On peut par exemple se définir comme demisexuel·le. Dans ce cas, on ne ressent de l’attirance sexuelle qu’après avoir développé des liens émotionnels forts pour quelqu’un, cela pouvant être par exemple de l’amour, ou une amitié profonde. Le préfixe demi est là pour désigner le fait que les personnes se définissant comme tel·le·s sont sur le spectre asexuel, et donc ni totalement asexuelles, ni totalement allosexuelles, d’où cet “entredeux” que désigne le terme demi. Attention, les personnes demisexuelles auront parfois tendance à garder le demi en préfixe et à s’affilier à une autre orientation, à savoir celle qui prend le pas une fois les critères ci-dessus “validés”. (demi-hétéro, demi-pansexuel·le, etc)

  Lire la suite

 Article paru sur SIMONAE le 27 octobre 2016