Orientation romantique différente de celle sexuelle

Les personnes avec une orientation romantique différente de celle sexuelle : que peut-on comprendre concrètement ?

En matière d’attirance, il existe une grande diversité. D’ailleurs, le modèle des attirances séparées (MAS) le confirme. Cependant, nous allons ici nous focaliser uniquement sur les attirances romantiques et sexuelles. Ce qui veut simplement dire que nous allons ignorer les autres sortes d’attirances. Notons toutefois que chez une même personne, ces attirances peuvent ne pas concorder. Dans notre cas par exemple où nous mettons en avant l’attirance romantique et l’attirance sexuelle, il est possible que ces deux attirances ne concordent pas chez un même individu. On dit d’ailleurs de cette personne qu’elle est variorientée. On désigne aussi la variorentation sous plusieurs autres termes tels que « orientations croisées », « orientations incongurentes », « orientations mixtes » ou encore « attirances sexuelles et romantiques discordantes ».  À l’opposé, si les deux attirances concordaient, on qualifierait la personne chez qui cela s’est produit, de personne pariorientée.

En outre, il est important de soulever le fait que dans les discours sur l’orientation, l’on s’attarde moins sur les personnes variorientées. Elles sont pourtant nombreuses, voire au-delà de l’imagination. La question nécessite d’être abordée afin d’en apprendre plus sur ces personnes.

Les personnes variorientées sont souvent boycottées dans les discours sur l’orientation. Pourtant, elles sont beaucoup plus nombreuses que ce que l’on peut penser au premier abord et la question mérite qu’on s’y attarde !

 

  1. Quelles sont les différentes catégories de personnes variorientées existantes ?

En la matière, il faut comprendre que les personnes variorientées sont diverses. L’on pourrait d’ailleurs interpréter de plusieurs façons cette diversité. En ce qui nous concerne, nous avions préféré vous en faire une synthèse en trois parties. Il y a donc :

  • Catégorie A

Cette catégorie est la plus connue des trois. Elle exprime en réalité, le fait que la personne variorientée ne soit pas dotée d’une attirance sexuelle, mais plutôt d’une assurance romantique. On dit de cette personne d’ailleurs qu’elle est asexuelle alloromantique. Cette catégorie aussi concerne l’inverse, c’est-à-dire que la personne variorientée ressent de l’attirance sexuelle, mais pas de l’attirance romantique. On dira que cette personne est allosexuelle aromantique. Ceci ne fait rien d’autre qu’exprimer la mixité des orientations. De cette façon, l’on peut comprendre qu’une même personne peut être à la fois asexuelle et hétoromantique, asexuelle et biromantique, aromantique et hétérosexuelle, ainsi de suite.

Par ailleurs, cette catégorie comprend aussi des personnes dites de gris-asexuelles ou de gris-aromantiques. Ces expressions désignent en fait les personnes qui sont rarement attirées sexuellement ou romantiquement.

Je me permets de m’incruster personnellement ici afin de vous souligner que je vais nommer cette modalité la « Catégorie A » ou tout simplement par « A ». En la mentionnant, vous comprendrez donc que je fais référence à Asexuel (le) ou à Aromantique.

  • Catégorie B :

Cette catégorie désigne la largesse d’une orientation par rapport à une autre. Autrement dit, une personne à la fois bisexuelle et hétéromantique est attirée sexuellement par plusieurs genres, mais quand cela arrive sur le romantisme, elle n’est attirée que par le genre opposé. Plusieurs autres exemples existent pour illustrer cette catégorie. Il s’agit notamment des personnes hétérosexuelles biromantiques ou encore pansexuelles homoromantiques.

Ce qu’il est important de comprendre ici est le fait que soit la personne est attirée sexuellement par plusieurs genres et romantiquement par le genre opposé ou inversement. D’autres vont simplement dire que l’une des deux orientations englobe l’autre.

Petite incrustation une fois de plus, j’appellerai soit par « Catégorie B » ou par « B » cette catégorie dans la suite afin de désigner « l’orientation qui englobe l’autre ».

  • Catégorie C

Cette dernière catégorie de variorientations indique les personnes qui ont des attirances sexuelles et romantiques distinctes. Leurs attirances ne se recoupent pas. Ainsi, la personne variorientée de cette catégorie sera attirée sexuellement par un genre et romantiquement par un genre contraire. Cette personne peut donc être homosexuelle et hétéromantique ou encore hétérosexuelle et homoromantique.

En outre, vous verrez que je nommerais par « Catégorie C » ou « C » les « deux orientations séparées » qui forment cette catégorie de variorientée.

 

  1. Les différents profils de personnes variorientées existants

Pour aborder comme cela se doit la question de profils des personnes de types variorientés, nous allons nous baser sur une étude menée en 2016. Cette étude fut menée par plusieurs experts dont en voici d’ailleurs les références :

Emily M. Lund, Katie B. Thomas, Christina M. Sias & April R. Bradley (2016) Examining Concordant and Discordant Sexual and Romantic Attraction in American Adults: Implications for Counselors, Journal of LGBT Issues in Counseling, 10:4, 211-226, DOI: 10.1080/15538605.2016.1233840

Pour donc mener à bien cette étude, les experts ont procédé à l’analyse d’un échantillon de 414 américains(es). Il leur a été demandé dans une section qui traitait des questions démographiques, leurs attirances sexuelles ainsi que leurs attirances romantiques. Cela a été fait exprès de manière à identifier les personnes réellement intéressées par les questions LGBT+. Force est de constater à la suite de l’étude que seulement deux participants ont coché la case « autre » pour identifier leur genre. La conclusion fut que l’étude menée ne permet pas, chez les personnes non binaires, d’estimer le pourcentage de personnes variorientées. Parmi ceux qui avaient pris la peine de répondre au formulaire de l’étude, on note la présence d’un pourcentage de 45,8% représentant les femmes et un pourcentage de 53,6% représentant les hommes. Tous étaient âgés de 18 à 65 ans. Si vous voyez les statistiques de l’étude, vous remarquerez qu’entre les personnes pariorientées et celles variorientées, il n’existe pas vraiment de différences significatives de genre ou d’âge.

Une autre catégorie de participant a quant à elle indiquer des attirances sexuelle et romantique discordantes. Cette dernière catégorie représente l’ensemble des personnes variorientées. Leur pourcentage s’élevait à 10,6%, un chiffre qu'il ne faut d'ailleurs pas négliger. Dans le lot de ces 10,6%, voici les profils qui ont pu être soulignés :

La catégorie de variorentée la plus représentée ici est donc la B. Et dans cette catégorie, ce sont les bisexuelles hétéromantiques qui sont les plus nombreuses. En soi, ce résultat n’est pas surprenant puisqu’on sait tous que dans la communauté LGBT+, ce sont les bis les plus nombreuses. De cette étude, on a pu remarquer également 18,1 % de personnes bisexuelles et/ou biromantiques contre 12,3 % d’homosexuelles et/ou homoromantiques.

Les personnes bisexuelles (16,2 %) sont plus représentées dans l’étude contrairement aux personnes biromantiques (10,9%). Cela a donc permis de conclure que les personnes variorientées du groupe étaient beaucoup plus susceptibles d’être bisexuelles (68,2 %) que biromantiques (18,2 %).

D’un autre côté, les personnes variorientées ayant participé à l’étude étaient aussi beaucoup plus susceptibles d’être hétéroromantiques que d’être hétérosexuelles.

Par rapport aux personnes variorientées de la catégorie A, voici quelques chiffres :  

  • Environ 1,4% de personnes aromantiques et/ou asexuelles sont représentées dans la population générale.
  • Les personnes aromantiques dans la population générale font 1%.
  • Les personnes asexuelles dans la population générale font 0,7%.
  • 0,3% est le taux qui représente la seule personne qui a indiqué être aromantique et asexuelle (aroace) et selon également une autre étude menée en 2015.  

 

  1. Les personnes variorientées ont quelle sorte de relation ?

Tout un groupe de personnes variorientées ne pourrait jouir d’une seule sorte de relation. Comme on a pu le voir plus haut, divers profils sont dressés pour les personnes de type variorienté. De cette même façon, leurs relations sont aussi diverses. Nous nous contenterons ici de ne donner que notre avis sur la question.   

  • Catégorie A

Dans leur recherche d’une relation, les personnes asexuelles alloromantiques (comme mentionné en haut) cherchent une relation romantique sans présence de la composante sexuelle. Toutefois, il n’est pas rare de voir que des personnes asexuelles se donnent à des actes sexuels avec une personne pour des raisons autres que l’attirance pour cette dernière. Ces raisons peuvent être notamment le fait de faire plaisir à son partenaire, le fait de partager un moment avec lui ou encore le fait de vouloir faire des enfants.

Il est souvent difficile pour les personnes asexuelles de se trouver leur partenaire romantique. Cela est notamment dû aux attentes sexuelles de ce partenaire en question. C’est aussi pour cette raison que les personnes asexuelles préfèrent le polyamour. Cela vient permettre à leur partenaire qui lui n’est pas asexuel d’effectuer des actes sexuels en dehors de leur couple.

Les personnes asexuelles sont aussi parfois victimes d’acephobie. Il s'agit d'une sorte de discrimination à l’encontre des personnes asexuelles.

Quant aux personnes qui sont aromantiques allosexuelles, elles ont la facilité d’avoir une relation à la fois amicale et sexuelle avec une autre personne. Parfois même, elles se retrouvent dans des relations queerplatonique, c’est-à-dire une relation au-delà de ce que revêt une vraie relation amicale classique.

  • Catégorie B :

Dans la catégorie B, quand les attirances ne sont pas distinctes l’une de l’autre, les personnes peuvent parfois chercher une relation romantico-sexuelle avec un partenaire. Autrement dit, un homme homoromantique et bisexuel a la possibilité de vouloir une relation romantico-sexuelle avec un autre homme.

Certaines personnes de cette catégorie peuvent aussi ne vouloir que d’une relation romantique non sexuelle. À titre d’exemple, une femme biromantique hétérosexuelle peut en effet avoir une relation romantique non sexuelle avec une autre femme. Elle peut également entretenir une relation romantico-sexuelle avec un homme. Cela dépend d’elle. D’ailleurs, si elle est polyamoureuse, elle peut bien entretenir une relation avec les deux.

Le polyamour est en réalité une structure relationnelle qui arrange bien les personnes variorientées. Elle leur permet d’entretenir aisément et avec diverses personnes les relations qu’elles souhaitent.  

  • Catégorie C

Les personnes formant la catégorie C peuvent là aussi avoir une relation romantique non sexuelle. Pour illustrer nos propos, on prend le simple exemple d’un homme homoromantique hétérosexuel en couple romantique avec un autre homme. Ici aussi, le polyamour est permis.

Il est aussi important de préciser que les personnes asexuelles ainsi que celles variorientées de la catégorie B ou C peuvent entretenir une relation sexuelle avec une personne d’un genre qui ne l’attire pas forcément sexuellement, et ce pour des raisons spécifiques.  

 

  1. Peut-on dire que les personnes variorientées sont LGBT+ ?

Être pariorienté signifie que l’on est à la fois hétérosexuel et hétéroromantique. L’hétéronormativité s’explique par le fait que les attirances sexuelles et romantiques forment un. Ainsi, vous pouvez facilement déduire que les personnes variorientées ne sont clairement pas des personnes hétéros. Même dans les cas où l’une des orientations de la personne variorientée est hétéro, elle n’est tout de même pas considérée comme une hétéro. Cela s’explique par le fait que les attirances diffèrent selon que ce soit une personne hétéro ou une personne variorientée.

Les personnes de la catégorie A suscitent beaucoup d’attention. On a tendance à dire que ces personnes sont hétéros alors qu’elles ne le sont pas. Elles sont tout simplement queer/LGBT+.

En ce qui concerne les autres catégories, c’est-à-dire la B et la C, les personnes les formant peuvent être considérées comme des bis (si bien sûr l’on ne se retrouve pas dans le contexte du MAS). La bisexualité peut se définir comme l’attirance pour plusieurs genres. Cette attirance peut ne pas être de la même intensité. Une personne qui est donc homoromantique et hétérosexuelle est attirée par deux genres déjà. Cette attirance ne s’exprime cependant pas de la même façon, ce qui permet donc de classifier cette personne comme étant bi.

Les personnes qui ont du mal à comprendre les termes un peu complexe revendiquent le fait qu’on ne dise pas simplement bi pour désigner les variorientées. On le peut, mais ce n’est pas l’appellation exacte. Quand on parle en général, il est possible de dire bi. Mais après il faut spécifier puisqu’une personne hétérosexuelle homoromantique ne vivra pas les mêmes expériences qu’une personne bisexuelle biromantique.

 

Les opposant-e-s au MAS adorent affirmer « Mais dites juste bi, ça ne sert à rien toutes ces étiquettes ! » Ces arguments sont souvent de mauvaise foi. Oui, on peut dire juste bi, quand on parle en général. Mais le spectre bi est incroyablement divers et vous vous imaginez bien que les préoccupations et le vécu d’une personne hétérosexuelle homoromantique et ceux d’une personne bisexuelle et biromantique vont être différents ! Dès lors, il est très utile de pouvoir apporter des précisions.

 

Conclusion :

L’orientation sexuelle des personnes pariorientées suffit largement à englober l’orientation romantique de ces derniers. Il n’est donc pas nécessaire de préciser leur attirance romantique.

 

Note : Une catégorie de personnes préfère les appellations gay/lesbiennes aux appellations homosexuelles. Ce n’est pas bien grave puisque le MAS permet aussi d’utiliser ces appellations. Ainsi, vous pourrez dire d’une personne variorientée homosexuelle biromantique qu’elle est gay biromantique sans aucun problème.

 

 

Rencontre Asexuels Chat en direct